12/03/2011

L'obsolescence programmée des produits

Ce brillant documentaire devrait être passé dans toutes les écoles, en particulier les plus grandes, et aussi dans les entreprises !!

21/10/2010

Comment j'ai liquidé le siècle ....

Flore Vasseur Copmment j'ai liquidé.jpgC'est le titre du roman de  ... Flore Vasseur
Excellent et passionant roman !!

Voici un passage savoureux et fort qui vous donnera le ton caustique du livre.

"... Mais comment former mille gus à la déontologie, cette matière molle, en un temps record et sans toucher à leur productivité ? Mouton et la flopée d'énarques qui l'entourait n'hésitèrent pas longtemps: Le Crédit Général déboursa une fortune pour un logiciel de ressources humaines révolutionnaire: une formation en ligne. Pendant une semaine, nous fûmes d'astreinte à l'heure du déjeuner. La banque faisait livrer à nos postes des sushis qui puaien t l'ammoniaque. Les mains dégoulinantes de wasabi, nous suivîmes les instructions crachées par nos écrans tout en lisant l'Equipe. Chaque session de 45' bloquait la navigation sur nos postes. Elle se terminait par un petit test auquel nous répondions au hasardpar quelques clics de souris.Le vendredi, pendant la dernière session, Bloomberg TV avait tiré le signal d'alarme: à Londres, le cuivre s'effondrait. Nos ordinateurs ploqués par le logiciel de formation, nous étions privés d'accès à nos bases de données. Nous avions regardé le cours dégringoler, impuissants et en rage. Quand la formation s'était arrêtée, chacun de nous avait imprimé le diplôme en ligne qui cloturait cette vaste fumisterie. Nous les avions collés au mur avec du scotch pour mieux comparer nos scores. Le plus nul reçut le Tarviel d'Or. "

Sinon pour plus d'informations regardez cet excellent interview de Flore :


Itw Flore Vasseur - Comment j'ai liquidé le siècle
envoyé par steffaw. - L'actualité du moment en vidéo.

07/10/2010

Et si votre revenu était assuré ? que feriez vous ? ....

Voici une excellente vidéo qui annonce les changements à venir en matière de travail, revenus ... et au-delà qui ouvre à beaucoup de nouveaux possibles en matière de vie en société.

La principale difficulté est dans la liberté nouvelle qui est donnée à chacun...

Le sens de l'économie c'est de libérer l'homme de l'emploi (au sens salariat, revenu, travail souffrance) pour le véritable travail (activité libératrice et créatrice).

La vidéo ici :   http://people.thetransitioner.org/video/revenu-de-vie

28/07/2010

France : juillet 2017 ... la faillite ?

Pas mal du tout cette vidéo de fiction !  (en 3 morceaux)
Le futur sera très probablement différent ... peut-être n'y aura-t-il pas de faillite ... ou alors il se peut aussi que celle-ci advienne plus tôt ...!

Intéressant aussi la vision des nouveaux médias ...
Malheureusement:
- pas de solutions proposées
- ni de recul sur l'aspect systémique qui dépasse de loin les préoccupations franco-françaises ...
- pas de focus sur les initiatives en cours pour créer plus de résilience et assurer une transition la plus "soft" possible


La france en faillite 1


La france en faillite 2


La france en faillite 3

08/07/2010

Surgissement d'un nouveau monde

Après avoir écouté Marc Luyckx Ghisi, n'avez-vous pas envie de lire son livre ?

17/06/2010

Le déclin européen et en particulier de la France vu par un économiste chinois ...

Le 18 Juin 2010,

Attention !!! cette vidéo est fausse ! il s'agit d'un "hoax" voir ici (merci @phyrezo qui le signale dans les commentaires). Je le trouve néanmoins tellement bien fait que je le laisse ici...

 

 

Il y a du vrai mais surtout du drôle de la part de ce vénérable professeur ...qui oublie de parler des problèmes chinois et de la planète (cf post précédent)

11/06/2010

Le monde s'en va-t-en guerre (ne sait quand reviendra)

505034468.jpgCe qui est marquant dans l'excellent livre de Philippe Dessertine ce n'est pas l'analyse brillante, lucide et libre qu'il nous propose mais beaucoup plus les conclusions auxquelles il arrive vers la fin du livre ainsi que le ton du livre beaucoup plus direct et moins "diplomate" que les interventions que l'on peut voir de lui (cf vidéos france Info par9782843375392.gif exemple). C'est pour cela qu'il faut lire ce livre ainsi que son précédent aussi : "Ceci n'est pas une crise, juste la fin d'un monde"

Mais qui est Philippe Dessertine ? On apprend sur wikipédia que Philippe Dessertine est dans "l'establishment", directeur de l'Institut des Hautes Finances et membre de la commission sur le grand emprunt Rocard/Juppé.
Au delà de ces quelques infos de wikipédia voici une vidéo de lui qui présente le livre... mais qui ne met pas du tout en avant son coté subversif et révolutionnaire:

 

Urgences, évolutions de fond:

1) stopper la spirale de la dette venant des US

2) imposer plus de transparence à la Chine

3) se plonger dans le numérique

Voici quelques passages détonnants je trouve au delà des banalités traditionnelles et qui amènent beaucoup de questions :

A propos de la mondialisation:

" La mondialisation est l'élévation concrète, pièce par pièce, du niveau de vie des populations occidentales dans leur totalité. Cette vérité peut être assénée de la sorte: la totalité des peuples dominants a profité de l'exploitation des esclaves de ces pays émergents présentés aujourd'hui comme une menace diffuse - soyons positifs : des esclaves affranchis. La mondialisation a débuté dès la fin des colonies, avec la perspective d'une libération progressive. Mais le plus tard possible. Il se trouve que le terme est arrivé."
"L'illusion doit être dissipée. La mondialisation est le redécoupage d'un gâteau, un peu plus grand, mais pas beaucoup. En clair, une telle approche suppose le transfert d'une zone à l'autre. Pour que les pauvres deviennent plus riches, il faut que les riches (nous) deviennent (un peu) plus pauvres."
"Oui les usines sont créées dans des zones de très, très haute pauvreté. Voilà la vérité. Et les gens démunis qui seront embauchés seront payés à des salaires ridicules, mais à l'arrivée, ils seront un tout petit peu plus riches qu'auparavant. Et ce tout petit peu signifie beaucoup les concernant, figurez-vous."

A propos du capitalisme, de la confiance, de la démocratie:

"Au fond, ce que redoute par dessus tout le financeur, c'est la surprise. Même bonne, car elle est symétrique de l'autre situation, la mauvaise nouvelle imprévue, ou du moins non annoncée. Nous avons gagné plus qu'attendu, vous allez être content !  Pourquoi devrais-je être content ? Vous même ne l'aviez pas anticipé ? "
"La vérification est continuelle, le flux d'informations ne doit pas se ralentir, les données sont échangées aussi souvent que nécessaire, en privilégiant d'abord celles qui pourraient influencer les profits futurs, donc la valeur finale de l'investissement. Plus les informations sont précises, continues, fréquentes, plus les hypothèses peuvent être sans cesse comparées, revérifiées, affinées. Ainsi s'instaure la confiance. Il est passionant de constater combien la logique d'économie de marché est l'alliance d'une expression réductrice des rapports humains: la rentabilité, le gain espéré, froid, basique; en contrepoint d'un ingrédient majeur, inconstant, évanescnet, parfois très irrationnel d'apparence: la confiance."
" Oui le capitalisme a une parenté, parfois incestueuse, avec la démocratie, avec la liberté, en particulier avec la liberté d'informer. Pour autant ne nous laissons pas bercer par une illusion candide, mot d'ailleurs abhorré par tout businessman digne de ce nom. Les acteurs principaux n'ont pas pour mission de défendre le système en général. Il est souvent étrange de juxtaposer des termes ayant si peu de capillarité: "entreprise citoyenne", "capitalisme moral".
"il ne s'agit pas d'introduire de la générosité ou l'altruisme dans un univers qui est incapable d'intégrer pareille dimension dans son raisonnement."
Cette anecdote pour illustrer:
"Les conseillers de Roosevelt, effrayés de la réputation désastreuse de Kennedy, suggérèrent que le choix (d'un patron de la Securities & Exchange Commission - SEC) n'était pas pertinent. Roosevelt leur répondit: pour encadrer ce monde de pourris, j'ai pris le meilleur d'entre eux."
"La synthèse impossible consisterait à unir capitalisme et humanisme. Mais il s'agit là d'une utopie pas même souhaitable. Le mariage de la carpe et du lapin ne rendrait heureux ni l'une ni l'autre. L'illusion d'une morale partagée par tous, dans le monde des affaires, relève d'un idéalisme naïf."

A propos de la finance et de ses errements:

Quand l'argent est trop abondant en regard des projets, y compris dans une période de forte croissance, il finit par produire des opérations intriinsèques. On pratique des LBO en cascade, parce que les institutions n'aspirent qu'à prêter encore plus, afin d'augmenterle rendement de l'épargne qui leur est confiée. Le diagnostic est sans appel. La finance devient l'inverse de ce qu'elle devrait être: elle pompe le profit général provenant d'une création de richesse réelle, elle le maintient à l'intérieur de ses propres mécanismes, elle l'empêche de se rediriger vers l'activité et surtout vers les investissements internationaux. La finance ne peut compenser par sa logique les aberrations du système. Pire, elle aura tendance à les amplifier, à en ramifier les conséquences. Trop d'argent dans les rouages crée trop de bébéfices pour la finance. La réglementation des rémunérations n'a pas grand sens. Le seul point d'entrée est de limiter l'afflux de fonds."

Au sujet de la transparence:

"La recherche de la transparence a pour enjeu la paix. La non-transparence peut nous entraîner à la guerre, comme elle l'a fait dans les années 30."
"Le premier des acteurs devant se soumettre au principe de la transparence est bien le sommet du système : L'état"

Enfin et surtout un sujet tabou : "la décroissance"

"...nous prenons conscience de l'impasse de notre logique, qui deviendrait un terrible frein si toute la population humaine devait adopter notre mode de vie."
"Les américains sont contents, ils dévorent toujours plus, et s'ils s'arrêtent, s'il leur prend la sotte idée d'épargner, toute la planète commence à tousser. Poussons jusqu'à l'absurde: il faudrait que les riches cessent de travailler parce que le travail est une perte de temps en matière de consommation. Quand on travaille on ne dépense pas. Quel dommage ! On ne propose pas assez de débouchés au peuple des esclaves, en bas, dans la soute, qui vit mieux quand nous mangeons davatage. La mondialisation comme on la rêverait, celle que défendent dans un bel ensemble syndicats, patrons et politiques des pays développés: plus nous deviendront riches, plus nous aideront les pays pauvres, plus ils s'enrichiront."
"La toute première impasse provient de notre beau style de vie à l'occidentale. Paradis à toutes les heures et absurdité presque infinie: concentration des populations dans des cités gigantesques, transports incessants des masses laborieuses, engorgement quotidien de toutes les périphéries urbaines...utilisation de techniques intensives, chimiques ou mécaniques, maniées par quelques minoritaires..."
Il s'agit, ni plus ni moins, de toucher au dogme et de se mettre autour de la table et de ne pas s'écarter de cette idée: arrêter la croissance, fonctionner en marche arrière pendant un certain temps, regarder quelles en seraient les conséquences, ne pas les repousser, mais voir comment les gérer, au mieux.

"PROFITONS de l'urgence écologique, entendue par la population, profitons-en pour inventer le nouveau modèle, celui qui permettrait d'anticiper le déclin irrémédiable de la domination de l'Occident. Pensons à la vraie réduction du PIB, à une croissance négative durable, mais gérée, pour qu'en découle u autre modèle, plus extensible, plus universel, que pourraient s'approprier les générations futures de la planète entière."


Il y a beaucoup d'autres passages très forts dans ce livre brulôt .... alors n'attendez pas lisez le, faites vous votre opinion et tirez en les conséquences ...

13/05/2010

Scupidité ? Intelligence Collective ? qui l'emportera des deux ?

Je ne vais pas revenir sur cette désormais fameuse notion d'Intelligence Collective. Je vous laisse lire sa définition sur wikipédia ou encore lire cet excellent document de Jean-François Noubel sur les différents types d'Intelligence Collective: Intelligence collective, la révolution invisible.

Mais la "scupidité" c'est quoi ?  hé bien comme son nom l'indique ce néologisme mêle la cupidité et la stupidité.
Une définition (qui aurait toute sa place dans le dico du futur d'Anne-Caroline Paucot) pourrait être:

"La Scupidité est une caractéristique, une propension latente des hommes qui provient sans doute de la peur ancestrale de manquer, peut-être de la peur de la mort. Cette caractéristique est le résultat de la cupidité individuelle (aussi collective) qui a atteint son apogée à la fin du 20ème siècle et qui a conduit à une stupidité collective que nous vivons aujourd'hui et pour encore quelques années. Elle résulte aussi d'un monde dans lequel la recherche de "l'être" (plutôt que de "l'avoir"), du sens et de la spiritualité est passé au deuxième voire au dernier plan, un monde dans lequel l'émerveillement, le questionnement et le mystère sont devenus absents pour une trop large majorité de personnes."

ali-baba-et-les-40-voleu-ii06-g.jpgElle devient évidente lorsque l'on n'agit plus que pour avoir et qu'il faut avoir pour pouvoir agir... la boucle est bouclée.  
Dit autrement et au travers d'exemples:
je travaille pour avoir de l'argent ... et sans argent ou sans assez d'argent je ne peux rien faire
je m'exprime pour avoir un nouveau mandat politique, il me faut un (ou plusieurs) mandat pour agir

La scupidité s'exprime et se traduit par l'accumulation (de biens, de mandats, d'argent ...) bien au delà du nécessaire, du suffisant au détriment du collectif, des biens communs, de l'environnement.

Cette scupidité nous a conduit a des comportements collectifs abberrants, destructeurs et stupides en dépit du bon sens. Pour n'en citer que quelques-uns récents ou non:
- la marée noire en cours près de la Louisianne qui aurait pu être évitée si BP (comme toutes les autres entreprises) ne pensait pas uniquement en terme de profits) et si les règlements avaient été plus stricts.
- la crise monétaire et le système monétaire actuel qui conduit à laisser des populations dans la misère et d'autres dans l'accumulation
- la destruction des Indiens d'amérique
- destruction de la biodiversité (forêt amazonie, abeilles en danger, ...etc)

Heureusement si l'on en croit cet excellent article et le MIT l'avenir de l'humanité repose sur l'intelligence collective et sur la technologie son support de développement. Par ailleurs cette intelligence collective s'accroit de manière exponentielle ... gardons l'espoir! plus que quelques années (mois ?) avant d'atteindre le point de bascule qui nous fera basculer de la scupidité vers l'Intelligence Collective. Sinon gare !  l'intelligence artificielle supplantera l'intelligence collective !

"L'intelligence artificielle se definit comme le contraire de la bêtise naturelle." Woody Allen

celebrity-image-woody-allen-233427.jpg

10/05/2010

Quel est votre degré de résilience ?

Il n'y a désormais plus de doutes sur la crise (ou plutôt la mutation, la métamorphose) que nous entamons. Jusqu'à présent nous nous "contentions" de vivre cela via les actualités, la presse... avec plus ou moins de détachement, mais les secousses sont et seront de plus en plus fréquentes et fortes et vont commencer à atteindre chacun d'entre nous dans son quotidien et sa façon de vivre.

Une bonne partie du monde à l'habitude de vivre "avec des bouts de ficelles", de ne plus compter que sur soi même et sa débrouillardise, sur son 906754_photo-1272804164870-1-0_150x113.jpgréseau de confiance ... C'est la cas dans de nombreux pays ou régions/ quartiers ou l'on ne peut compter sur l'état, sur les systèmes hérités du 20 ème siècle (retraites, éducation, assurances ...).
Les grecs vont, dans la douleur, se mettre à cette nouvelle façon de vivre faite d'incertitudes, de risques, de frugalité... notre tour viendra d'une façon ou d'une autre comme c'est le cas de certains pêcheurs de Louisianne reconvertis en salariés de BP pour "aspirer" le lo90.jpgpétrole qui continu de s'écouler...

Pour beaucoup la transition vers une nouvelle culture et de nouvelles valeurs sera difficile, pour d'autres ce sera une réelle opportunité de se réaliser de faire émerger autre chose, un nouveau monde. Mais ce nouveau monde nous en sommes encore loin. Il faudra plusieurs années avant que des comportements plus humains, plus justes et intègres émergent.

En attendant il va falloir développer sa résilence, sa capacité à fonctionner "en mode dégradé" avec parfois juste l'essentiel...

Anisi voici quelques questions à méditer ... pour mesurer subjectivement son degré de résilience.

1) Sur qui puis-je compter réellement ?
2) De quoi ai-je réellement besoin pour survivre , pour vivre , pour bien vivre ?   Et en conséquence: de quoi puis-je me passer ?
3) quels sont les réseaux (professionnels ou non) sur lesquels je peux m'appuyer ?
géographiques: mon immeuble, mon voisinage, mon quartier, commune, région, pays ?numériques: ai-je construit une identité numérique ? suis-je actif au sein de réseaux/Communautés ?
4) A qui puis-je venir en aide ?  comment ?  A quoi puis-je me dévouer ?

Au rang des hypothèses/scenarii possibles combinés ou non :

1) l'euro et le dollar ne valent plus rien (hyper-inflation)... retour du troc ... économie mondiale à l'arrêt, chomage de masse
2) Emeutes , guerre civile
3) Pannes (internet, électricité, eau...), grèves géantes , terrorismes (d'ou qu'il vienne)
4) catastrophes diveses naturelles ou non (pandémie, volcan, ...

A sa façon Thierry Gaudin a mis ces questions à l'ordre du jour de sa dernière conférence à Lille lors de l'inauguration de la Fusée le 12 avril dernier.
J'en retiens (minute 42 de la vidéo)

Valeurs déclinantesDomination / Conquête / Performance

Valeurs montantes : Empathie / Individuation / Résilience

Ainsi que le DEVOUEMENT dont il va falloir faire preuve...

Merci à Michel Saloff-Coste pour la Vidéo !

22/03/2010

Le courage en 2010 c'est quoi ?

" Quelques-uns des pires crimes sont moins provoqués par un acte que par l'inaction ou l'indifférence"

Entre 1939 et 1942 en France, le courage c'était d'entrer dans la résistance mais pas uniquement. C'était aussi de ne pas montrer d'indifférence face à l'inacceptable, de ne pas obéir à l'autorité en place, de ne pas se conformer à l'inaction et au laisser-faire majoritaire. Il y avait des risques à cela... des risques à héberger ou protéger un bouc émissaire. Il fallait être assez fort pour oser malgré ces risques, seul contre une majorité silencieusement coupable de conformisme et d'obéissance.

41DDCARF8ZL._SS500_.jpgAu début des années 1960, un psycho-sociologue américain, Stanley Milgram, a montré quels étaient les processus à l'oeuvre en matière de  conditionnement à l'autorité. Son expérience, devenue célèbre, démontrait alors que 60% des individus testés devenait insensible à la souffrance d'autrui par peur et par conformisme. 60% était capable de tuer parce que le contexte les y poussait. Le terme utilisé pour décrire cette perte de sens et de responsabilité des personnes est celui "d'état agentique".


Il y a aussi le film "I comme Icare" avec Yves Montand dont voici un extrait qui reprend cette expérience.


Extrait i comme icare
envoyé par Rollingeyes. - Plus de vidéos campus.

Dans une expérience très récente et similaire (jeu TV) le pourcentage de personnes capables d'administrer des décharges électriques mortelles est passé à 80% !  Le contexte est certes différent ... mais les résultats sont inquiétants.

On se dit tous bien évidemment que l'on fait partie des 20% pour qui les valeurs sont plus importantes que l'obéissance et que jamais nous n'aurions administré les décharges ...

Mais aujourd'hui à quoi sommes nous le plus indifférent ? par quoi sommes nous conditionnés au point de ne pas agir, au point de passer dans cet "état agentique" ? quelles petites actions sommes nous prêts à faire qui montreraient une forme de courage par rapport à l'autorité et au conditionnement de notre époque ? quel est ce conditionnement si il y en a un ?
Ou se situe notre marge de manoeuvre, notre espace de liberté ?

Est ce que voter aux régionales, s'informer, regarder la TV, partir en vacances, consommer, perdre son temps à gagner de l'argent ne nous poussent pas tous les jours un peu plus dans l'état agentique, l'état léthargique de notre époque ?
Ou est notre essentiel ? ou est l'essentiel de notre époque ?

C'est à toutes ces questions que je vous invite à réfléchir ...  Les espaces de liberté sont là, les risques qui y sont attachés aussi.

"Ce n'est pas en évitant d'agir qu'on se libère en vérité de l'action, jamais on parvient à s'en rendre entièrement libre, fût-ce un instant.
Qu'est-ce en effet qu'agir ? Et ne pas agir, qu'est-ce" Ces questions troublent même le sage. Car il faut contrôler l'action, contrôler l'action illicite. Et contrôler l'absence d'action - car son essence est insondable
"  tiré de Bhagavad Gita, 3eme et 4eme chant (Le chant du Bienheureux, poême considéré comme l'un des textes sacrés les plus importants de toute l'Inde)

 

14/02/2010

2 vidéos d'amour

Juste à savourer en cette saint-valentin:
Signs - Nick Russel & Kestie Morassi
envoyé par K754070. - Découvrez plus de vidéos créatives.

Et aussi celle-ci pour changer à tout instant le présent et les possibles...

15/10/2009

Coup double: "Prezi" et "New Economy, New wealth"

Prezi c'est une nouvelle génération d'outil qui devrait remplacer rapidement les présentations traditionnelles (ppt et autres). Je vous laisse découvrir et expérimenter. Caractéristiques essentielles :
- la vision du tout quand on le souhaite (holoptisme)
- la capacité à naviguer "fluide" et non linéaire

Cette présentation faite par Arthur Brock illustre cela parfaitement. Par aileurs le sujet traité : "New Economics, New Wealth" est d'une importance capitale pour les mois à venir... et c'est fait brillament !  "The current economy is ending... and that's good news"
Présentation à regarder et commenter dans toutes les écoles et universités ... et au-delà !

14/10/2009

A voir !!! The Money Fix

Film essentiel pour comprendre et vivre les prochaines mutations à venir ... dès 2010. Merci à son auteur Alan Rosenblith. (sous-titres en français disponibles sur le site DotSUB)

01/09/2009

La Poésie c'est le plus beau surnom que l'on donne à la Vie

C'est cette phrase de Jacques Prévert que j'ai trouvé pour illustrer ce qui suit :

Et voici le clip de la musique (ColdPlay) qui va avec : The Scientist (Le Savant)

 


Avec en prime les paroles !
The Scientist (Le Savant)

Come up to meet you, tell you I'm sorry Je suis venu te voir, te dire que je suis désolé
You don't know how lovely you are Tu ne sais à quel point tu es adorable
I had to find you, tell you I need you Il fallait que je te voie, que je te dise que j'ai besoin de toi
Tell you I set you apart Que je te dise que tu es un être à part
Tell me your secrets, and ask me your questions Confie moi tes secrets, et pose moi tes questions
Oh let's go back to the start Oh reprenons à zéro
Running in circles, coming in tails Tourner en rond, se rejoindre
Heads are a science apart La pensée est une science à part

[Chorus] [Refrain]
Nobody said it was easy Personne n'a dit que c'était facile
Oh it's such a shame for us to part Oh qu'il est dommage que nous nous séparions
Nobody said it was easy Personne n'a dit que c'était facile
No one ever said it would be so hard Personne n'a jamais dit que ce serait aussi difficile
Oh take me back to the start Oh ramène moi là où tout a commencé

I was just guessing at numbers and figures Je ne faisais que deviner des chiffres et des nombres
Pulling your puzzles apart Qu'essayer de percer ton mystère
Questions of science, science and progress Les questions de science, de science et de progrès
Do no speak as loud as my heart Ne parlent pas aussi fort que mon coeur
Tell me you love me, come back and haunt me Dis-moi que tu m'aimes, reviens me hanter
Oh and I rush to the start Oh et je cours vers la case départ
Running in circles, chasing our tails Tourner en rond, essayer de te rattraper
Coming back as we are Revenir à ce que nous sommes vraiment

10:02 Publié dans Citations, Musique, Science, Voyage | Lien permanent | Commentaires (11) | Tags : vie, art

19/08/2009

FlowPlace: un pas microscopique pour l'humanité, un grand pas pour les hommes

Il est des événements qui passent inaperçus ou quasi inaperçus et d'autres auxquels on ne peut échapper... Ce fameux pas sur la Lune dont on a fêté les 40 ans... qu'a-t-il changé pour chacun d'entre nous, dans nos vies quotidiennes ?

le_amstrong.jpg

Voici ce qu'écrivait à propos de l'aventure lunaire Primo Levi le 27 décembre 1968 (extrait de l'ouvrage "Le Fabriquant de Miroirs") :
"Cette Primo%2520Levi.jpgentreprise du vol lunaire est une mise à l'épreuve, d'autres nous attendent, ouvrages du courage et de l'intelligence, et qui nous concernent bien autrement parce qu'elles sont nécessaires à notre propre survie: des entreprises contre la faim, la misère et la douleur. Celles-là aussi, puisqu'elles le peuvent, doivent être accomplies."  

Un de ces ouvrages du courage et de l'intelligence dont parle Primo Levi est en train de s'accomplir. Certes il demeure quasi invisible pour la plupart. Mais il n'est pas le seul de ce type. L'empreinte, si petite et encore fragile soit-elle, est bien là. Elle va désormais s'agrandir et se ramifier. Elle va aussi se relier, se connecter avec d'autres petites empreintes.
La portée de ce qui commence à s'accomplir ne se mesurera que dans les 10 à 20 prochaines années, son impact sera sans commune mesure avec l'aventure lunaire :  il sera palpable pour tous les hommes, au quotidien et ceci rapidement désormais.

Mais au fait de quoi s'agit-il ? c'est quoi cet ouvrage, cette empreinte, ce "FlowPlace" ?
Je vous invite dans un premier temps à aller lire l'article du Monde paru hier "Créer des monnaies par millions" et à retenir la conclusion de ce même article, petite phrase de Jean-François Noubel:
"Le processus est énorme, il est dans l'air, il est en train d'arriver. On va déposséder les banques du pouvoir de faire la monnaie.".
Puis dans un deuxième temps d'aller vous rendre compte par vous même de cette petite empreinte, encore très imparfaite, qui est visible sur internet, à laquelle vous pouvez d'ores et déjà participer.


Le "Flowplace" est là pour permettre a des richesses de s'échanger au travers de monnaies multiples que vous pourrez et allez créer...
Merci à Jean-François et à tous les autres (ils sont nombreux et je ne les connais pas tous) qui ont de part le monde creusé cette première empreinte réelle et symbolique.